Considérant le projet créationnel de Dieu,
Nous croyons que l’homme et la femme sont ensemble image de Dieu, en toute égalité de rang, de droit et de dignité.
L’altérité est au cœur de la création de l’humanité, avec deux genres distincts appelés à être un dans le couple.
Homme et femme reçoivent ensemble le mandat de gérer la création.

Considérant les conséquences de la chute,
Nous constatons que le rapport homme-femme a été perverti par le péché en relations de dominant-dominé, en abus d’autorité de la part de l’homme envers la femme.
A la suite de cela, les différentes cultures ont souvent dévalorisé la femme en la privant des droits fondamentaux, de l’accès à la culture et aux positions d’autorité.
Le sexisme est une des conséquences majeures du péché dans nos cultures. Il se traduit par la domination des hommes qui est à la source de la manipulation ou de la revendication féminine.
Le sexisme a infiltré nos mentalités au point que les distinctions homme-femme même pour les plus progressistes d’entre nous peuvent encore refléter des stéréotypes stériles et dévalorisants.
Nous reconnaissons que nous ne sommes pas libres de cette culture et qu’il est indispensable de retrouver les spécificités masculines et féminines d’une manière renouvelée et libre de l’influence du péché. Le renouvellement de l’intelligence et la purification de nos cultures s’imposent aussi dans ce domaine.

Considérant l’œuvre de la rédemption,
Nous affirmons que Jésus a restauré l’égalité originelle dans la relation homme-femme, au point d’anéantir l’inimitié et de pourvoir à une pleine réconciliation et restauration de leurs relations et rôles respectifs dans l’égalité et la complémentarité.
Nous affirmons que, tout en tenant compte du contexte culturel défavorable à la femme, le Nouveau Testament réhabilite pleinement la femme dans une position d’égalité avec l’homme et transmet des valeurs révolutionnaires pour son temps.
Témoin la relation et les attitudes du Christ envers les femmes
Témoin l’église du premier siècle qui fait une grande place aux femmes
Témoin les enseignements de Paul qui, contrairement aux idées reçues, portent en germe la pleine libération de la femme. C’est ce qu’une interprétation cohérente avec le statut de la Parole de Dieu nous amène à affirmer.

En conséquence,
Nous reconnaissons que les dons et les ministères de gouvernement (Eph 4) sont donnés par Dieu aux hommes et aux femmes indistinctement et sans restriction
En effet, Dieu a fait de nous, hommes et femmes, un royaume de prophètes, de prêtres et de rois, sur lesquels l’Esprit-Saint est également répandu.
Nous affirmons que l’accès des femmes aux ministères ne doit être ni toléré, ni considéré comme exceptionnel, et la question ne se pose même pas. C’est pourquoi nous renonçons à l’expression « ministère féminin » en raison de son caractère ambigu. Nous préférons parler de « ministère» qu’il soit donné aux hommes ou aux femmes.
Nous ne reconnaissons aucune limite aux rôles d’autorité pour les femmes, pourvu que cette autorité soit exercée dans un esprit de service et dans la soumission mutuelle. Il en est de même pour les hommes.
Nous considérons la place des femmes et la lutte contre toute forme de sexisme comme un des combats au cœur du Royaume de Dieu, en même temps que la lutte contre l’esclavagisme et le racisme.
Jean-Marc Potenti. 10 juin 2014.